jeudi 16 novembre 2017

Thor : Ragnarok / Jigsaw : Rien de nouveau sous le soleil

 

Eh oui, cela fait très longtemps que je n'ai pas écrit de critique et quoi de mieux pour se relancer (encore une fois) que le dernier blockbuster de l’écurie Marvel : le troisième volet de Thor, toujours porté par Chris Hemsworth, avec cette fois-ci à la réalisation un certain Taika Waititi, réalisateur néo-zélandais plus ou moins obscur. À grand renfort d’humour, de rock et d’un casting cinq étoiles, que donne cet épisode intitulé Ragnarok ? Et puis tient, tant qu'on y est, quitte à rester dans les franchises, parlons également du dernier volet de la saga Saw !

Synopsis : [Thor : Ragnarok] Privé de son puissant marteau, Thor est retenu prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers. Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarök – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne.

[Jigsaw] Après une série de meurtres qui ressemblent étrangement à ceux du tueur au puzzle, la police se lance à la poursuite d'un homme mort depuis plus de dix ans. Un nouveau jeu vient de commencer... John Kramer est-il revenu d'entre les morts pour rappeler au monde qu'il faut sans cesse célébrer la vie, ou bien s'agit-il d'un piège tendu par un assassin qui poursuit d'autres ambitions ?

Cate Blanchett

mercredi 25 octobre 2017

Mise à mort du cerf sacré : Lánthimos, génie du mal


Découvert avec Canine et Alps, le grec Yórgos Lánthimos nous avait surtout estomaqué en 2015 avec The Lobster, farce sinistre et poétique sur les diktats du couple. Avec Mise à mort du cerf sacré, prix du scénario au dernier festival de Cannes, son cinéma pince-sans-rire atteint non seulement une grâce ahurissante, mais également des sommets d'horreur psychologique. Âmes sensibles s'abstenir : chef-d’œuvre traumatisant.

Synopsis : Steven, un brillant chirurgien, prend sous son aile un adolescent. Ce dernier s’immisce progressivement au sein de sa famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice.

Barry Keoghan et Raffey Cassidy

mardi 17 octobre 2017

Detroit : Black lives matter


Après le quotidien de soldats en Irak dans Démineurs et la traque de Ben Laden dans Zero Dark Thirty, la réalisatrice oscarisée Kathryn Bigelow poursuit son obsession pour les territoires en conflit. Toujours épaulée par le journaliste et scénariste Mark Bowl, elle s'attaque cette fois-ci à une bavure policière commise à Détroit lors des émeutes raciales de 1967. Un thriller éprouvant et d'une actualité brûlante.

Synopsis : Été 1967. Les États-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. La guerre du Vietnam, vécue comme une intervention néocoloniale, et la ségrégation raciale nourrissent la contestation. À Detroit, alors que le climat est insurrectionnel depuis deux jours, des coups de feu sont entendus en pleine nuit à proximité d’une base de la Garde nationale. Les forces de l’ordre encerclent l’Algiers Motel d’où semblent provenir les détonations. Bafouant toute procédure, les policiers soumettent une poignée de clients de l’hôtel à un interrogatoire sadique pour extorquer leurs aveux. Le bilan sera très lourd : trois hommes, non armés, seront abattus à bout portant, et plusieurs autres blessés...

Anthony Mackie

lundi 9 octobre 2017

Blade Runner 2049 : Splendeurs visuelles, vertiges existentiels


Au début des années 80, époque où Ridley Scott était encore au sommet de son talent, le monde découvrit son œuvre culte Blade Runner, dont la fin ouverte laissait en suspens un certain nombre de pistes narratives et réflexives passionnantes. Pour les approfondir trente-cinq ans après, une suite lui est offerte par l'intermédiaire d'un des plus talentueux auteurs d'Hollywood, le québécois Denis Villeneuve qui, dans la lignée de ses précédents films, signe avec ce 2049 une merveille de blockbuster : personnel, graphique, ambitieux.

Synopsis : En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies...

Ryan Gosling

jeudi 5 octobre 2017

Le Sens de la fête : Une comédie chorale endiablée


Après des succès retentissants comme Nos jours heureux, Intouchables ou encore Samba, Éric Toledano et Oliver Nakache confirment leur noble statut de figures de proue de la comédie populaire française avec Le Sens de la fête, ode au vivre ensemble sous la forme d'un feel-good chorale endiablé.

Des préparatifs jusqu'à l'aube, nous allons vivre les coulisses d'une soirée de mariage à travers le regard de ceux qui y travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête.

Jean-Pierre Bacri et Vincent Macaigne

vendredi 29 septembre 2017

Happy End : Faute d'amour


Après Funny Games et le mal nommé Amour, Michael Haneke poursuit sa série des titres ironiques avec Happy End, instantané d'une famille calaisienne dysfonctionnelle face à la crise des migrants. Une charge vaguement pince-sans-rire contre la bourgeoisie et, comme il est de coutume chez ce cinéaste, contre l'humanité en général (visiblement bien laide). Hip hip hip, hourra...

Fantine Harduin, Jean-Louis Trintignant, Isabelle Huppert,
Laura Verlinden, Toby Jones et Mathieu Kassovitz

lundi 25 septembre 2017

Ça : Une fable horrifique attachante sur les peurs enfantines


Bonjour à tous ! Voici un film très attendu depuis son annonce, une nouvelle adaptation du roman de Stephen King Ça (après le téléfilm des années 90), réalisé par Andrés Muschietti (Mama) et mettant en scène une flopée de jeunes acteurs ainsi que Bill Skarsgård (Divergente 3, Atomic Blonde...) dans le rôle du clown Pennywise. Le téléfilm étant considéré comme une œuvre culte, cette version 2017 est-elle à la hauteur des attentes ?

À Derry, dans le Maine, sept gamins ayant du mal à s'intégrer se sont regroupés au sein du "Club des Ratés". Rejetés par leurs camarades, ils sont les cibles favorites des gros durs de l'école. Ils ont aussi en commun d'avoir éprouvé leur plus grande terreur face à un terrible prédateur métamorphe qu'ils appellent "Ça".

Bill Skarsgård

dimanche 17 septembre 2017

Spider-man / The Circle / I Wish / Dark Tower / 7 Sisters / Wind River



Bonjour à tous ! Cela fait un petit moment que j’ai écrit sur ce blog et avant de m’attaquer à Mother! et Barry Seal, voici un petit résumé de mon été cinématographique pour se remettre dans le bain.

samedi 16 septembre 2017

Good Time : Pattinson étincelant dans un thriller urbain frénétique


Promis, on vous assure que Les Proies de Sofia Coppola, lauréat du prix de la mise en scène au festival de Cannes, nous a beaucoup enthousiasmé cet été. Mais après avoir rattrapé Good Time cette semaine, une seule question se pose : Le jury a-t-il dormi pendant la projection du film pour ne pas avoir voulu récompenser la réalisation des frères Safdie ?

Un braquage qui tourne mal… Connie réussit à s'enfuir mais son frère Nick est arrêté. Alors que Connie tente de réunir la caution pour libérer son frère, une autre option s'offre à lui : le faire évader. Commence alors dans les bas-fonds de New York, une longue nuit sous adrénaline.

Robert Pattinson

samedi 9 septembre 2017

Le Redoutable : Wolfgang Amadeus Godard !


À l'instar de Sofia Coppola et de ses Proies en mai dernier, Michel Hazanavicius venait insuffler un peu d'humour et de légèreté à une sélection canonise bien austère, avec Le Redoutable, biopic ludique et charmeur autour du plus emblématique artiste de la Nouvelle Vague : Jean-Luc Godard.

Paris 1967. Jean-Luc Godard, le cinéaste le plus en vue de sa génération, tourne La Chinoise avec la femme qu'il aime, Anne Wiazemsky. Ils sont heureux, amoureux, séduisants, ils se marient. Mais la réception du film à sa sortie enclenche chez Jean-Luc une remise en question profonde. Mai 68 va amplifier le processus, et la crise que traverse Jean-Luc va le transformer profondément passant de cinéaste star en artiste maoiste hors système aussi incompris qu'incompréhensible.

Louis Garrel et Stacy Martin